Actualité

Bureau

Développement durable et RSE

Chaire Immobilier et Développement Durable – « Mon Bureau de demain »

07/10/2016 17:49
Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Quelles perspectives pour le siège social de l’entreprise ?

L’arrivée des nouvelles générations en entreprise a incité ces dernières à repenser totalement l’aménagement de leurs espaces de travail, mais aussi l’emplacement de leurs locaux. Si l’attractivité économique et l’hyper-connectivité des quartiers d’affaires historiques tels que la Défense n’est plus à démontrer, l’enquête menée par la Chaire Immobilier en juin 2016 appui l’écrasante prédominance de Paris intramuros (60%) comme localisation idéale pour les jeunes générations.

Chaire immobilier - BNP Paribas Real Estate

L’emplacement du lieu de travail : critère primordial pour les futurs salariés et décideurs

L’étude « Mon Bureau de demain », réalisée en juin 2016 par la Chaire Immobilier et Développement Durable de l’ESSEC sous la direction du professeur Ingrid Nappi-Choulet  illustre comment les futurs managers de demain voient leur espace de travail à la sortie de l’école. Retour sur les principaux enseignements de cette étude.

Un bureau qui ne ressemble pas à un bureau ?

L’immobilier de bureaux et l’aménagement des espaces de travail doit s’adapter aux nouveaux modes de travail des collaborateurs (flexoffice, desk-sharing, télétravail, travail en mode projet…). Le bureau traditionnel tel qu’il était il y a encore quelques années, ne séduit plus. Aujourd’hui les espaces de travail doivent présenter une réelle alternative pour séduire les étudiants au profit d’un espace intégrant plus volontiers la technologie, des usages mixtes et des espaces moins cloisonnés.

Dans un même temps, les espaces de travail qui s’inscrivent dans une ambiance « comme à la maison » et qui ne ressemblent pas à des bureaux traditionnels conquièrent 23% des répondants. La génération Z est en effet dopée par une culture du travail collaboratif, par une culture web bien différente de celle d’il y a quelques années, ce qui pousse les étudiants à imaginer d’autres modes d’organisation du lieu de travail.

A noter cependant que si 41% d’entre eux rêvaient il y a trois ans d’un bureau aux allures de start-up californienne, ils ne sont plus que 9% à plébisciter aujourd’hui ce type d’organisation. Le bureau d’inspiration Google est donc loin de remporter tous les suffrages malgré l’écho médiatique rencontré. Les principales réserves émises envers ce type d’organisation concernent la concentration, la productivité ou encore des rapports humains qui marqueraient l’exploitation des salariés.

Par ailleurs, l’open-space, organisation souvent décriée et expérimentée à 74% par les étudiants de la Chaire Immobilier et Développement Durable de l’Essec, conserve une certaine attractivité puisque 64% d’entre eux considèrent l’open-space comme vecteur d’ambiance et de synergies entre les équipes. Une évolution qui peut s’expliquer par le nouveau visage de l’open-space en entreprise qui présente plus d’intimité et de cloisonnement que celui qu’a connu la génération X.

Bureau personnel Vs nomadisme en entreprise

L’essor du nomadisme en entreprise et des modes de travail tels que le flex’office ne se feront pas au détriment du poste de travail individuel pour les générations Y qui souhaitent à 67% disposer d’un poste de travail qu’ils peuvent décorer et organiser à leur convenance.

De même se rendre au ‘bureau’, n’est pas en 2016 une habitude obsolète pour 87% des sondés malgré la performance des NTIC et le développement du travail à distance.

Ainsi, si l’espace de travail classique n’est plus, le bureau physique a encore de beaux jours devant lui. Repenser ses espaces de travail apparaît néanmoins comme une réelle nécessité pour les décideurs car 36% des étudiants affirment que l’espace de travail est un critère déterminant dans le choix de leur futur employeur.

Quels regards sur les tiers-lieux ?

Si les tiers-lieux présentent de nombreux avantages avérés (efficacité accrue, réduction des temps de déplacement, amélioration de la qualité de vie des collaborateurs…) et rencontrent un succès croissant, ils souffrent d’un déficit d’image auprès des étudiants qui pensent à 64% qu’ils y seraient moins efficaces que dans un bureau classique.

Les tiers-lieux renvoient l’image d’espaces bruyants et limitant les interactions et la collaboration.

 

Un bureau à Paris : la préférence des jeunes diplômés

Les répondants affirment leur attirance pour Paris intramuros. En effet, 60% des étudiants interrogés se voient travailler dans la capitale (48% des étudiants qui ne sont pas originaires d’Ile-de-France). Ce résultat place Paris loin devant des quartiers d’affaires de la région Île-de-France comme La Défense ou Issy-les-Moulineaux.

Par ailleurs, si 9% des étudiants déclaraient vouloir travailler dans un immeuble en périphérie de Paris en 2013, ils ne sont plus que 4% aujourd’hui. Un chiffre qui donne matière à réflexion et remet en cause la capacité des campus de la petite couronne parisienne à attirer et retenir les talents.

Les régions françaises présentent une attractivité mesurée (1er choix pour 15% des sondés). Les atouts de la capitale que sont la vie culturelle et les opportunités professionnelles semblent l’emporter sur les désagréments.

 

Un bureau à Paris : la préférence des jeunes diplômés

L’emplacement du lieu de travail n’est pas le seul critère à prendre en compte, la végétalisation des espaces de travail retient aussi l’attention des répondants. 83% des interrogés affirment que travailler au vert est important à leur yeux. 61% accorde une importance aux toits et façades végétalisés, ce qui s’accorde parfaitement avec la loi sur la biodiversité de mars 2015, qui stipule que les toits des nouveaux bâtiments et zones commerciales doivent être en partie végétalisés. Une aubaine pour les futurs patrons, qui pourront réaliser des économies d’énergies et doper la motivation des salariés.

Les labels environnementaux est égaement un critère d’importance à leurs yeux.

 

La chaire Immobilier et développement durable de l’ESSEC : Conférence-débat sur le bureau de demain.

Le 12 Octobre prochain, sous la direction du Professeur-Chercheur de l’ESSEC, Ingrid Nappi-Choulet, la Chaire Immobilier et Développement Durable organise une Conférence-débat sur la thématique : « Quelles perspectives pour le sièges social de l’entreprise ? » en partenariat avec BNP Paribas Real Estate et Poste Immo. Diverses questions seront abordées lors de la conférence :

  • Le modèle du campus horizontal prendra-t-il réellement le pas sur les tours à forte valeur symbolique ?
    • La tendance au regroupement des collaborateurs dans un lieu unique résistera-t-elle à la diffusion des modes de travail éclatés liés au nomadisme ?
    • Comment l’aménagement des espaces de direction et de représentation s’adapteront-ils au rapport ambivalent des collaborateurs à leur hiérarchie ?
    • Enfin, dans quelle mesure le siège social devient-il le miroir des préoccupations environnementales de l’entreprise ?

Thierry LAROUE-PONT, Président du Directoire de BNP Paribas Real Estate prendra part lors cette conférence aux côtés de :

  • Françoise BRONNER, Chercheur en organisation et espace de travail, co-fondateur de Future Centers & Project Spaces.
  • Vincent GOLLAIN, Directeur du département Economie et développement local, Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Ile-de-France.
  • Fabien GUISSEAU, Directeur de la Stratégie, EPADESA.
  • Dominique PERRAULT, architecte et urbaniste, fondateur de Dominique Perrault Architecture.
  • Dang TRAN, Directeur Général Adjoint en charge des opérations, Poste Immo.

La conférence se déroulera le 12 Octobre 2016 de 08h30 à 10h30 dans l’Auditorium de l’immeuble BNP Paribas - 14, rue Bergère - 75009 PARIS.

Autres articles susceptibles de vous intéresser :

Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Réagissez !

Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Aucun commentaire

Laisser un commentaire

www.limmobilierdunmondequichange.fr/chaire-immobilier-et-developpement-durable-mon-bureau-de-demain/ - 19-11-2017
L'immobilier d'un monde qui change, site édité par BNP Paribas Real Estate