Actualité

Bureau

Développement durable et RSE

Innovations

Métiers de l'immobilier

Penser la ville

Vos locaux d'entreprise

Energy Manager : un métier d’aujourd’hui pour demain

05/12/2013 08:04
Imprimer  |  Ajouter aux favoris

energy managerPour faire face aux lourdes dépenses énergétiques dans les bâtiments, les entreprises peuvent désormais faire appel à un Energy Manager en charge d’organiser, planifier et gérer les dépenses d’énergie de leurs locaux. En quoi consiste ce nouveau métier ? Quel est son périmètre d’action ? Le point avec Bertrand Guarinos, Energy Manager chez Schneider Electric.

"Quel est le rôle d’un Energy Manager au sein d’une entreprise ?

L’Energy Manager a pour rôle d’optimiser les quantités d’énergie consommées dans une entreprise tout en maintenant le niveau de service et le confort des occupants. Pour cela il doit mettre en place et piloter un véritable système de management de l’énergie (ex : ISO 50001) qui prend en compte tous les paramètres ayant une influence sur la performance énergétique d’un organisme (détection des surconsommations, évaluation des potentiels d’économies, définition de scénarii techniques et économiques pour les exploiter, optimisation des abonnements, prévision des consommations, achat d’équipement sur des critères énergétiques…). En résumé, l’Energy Manager doit à la fois budgéter, planifier et conduire les projets d’amélioration continue de l’efficacité énergétique qui en découle.

Il a également un rôle plus large de sensibilisation aux bonnes pratiques en informant les résidents sur la performance du site et sur les changements de comportement à tenir. Il doit aussi assurer la conformité réglementaire de toutes les décisions énergétiques prises par le site : cette fonction occupe une place de plus en plus importante du fait de la multiplication ces dernières années des textes concernant l’efficacité énergétique. Enfin, il doit exercer une veille constante pour être à l’écoute des innovations et des tendances du marché.

Depuis quand exercez-vous cette fonction ?

J’occupe ce poste chez Schneider Electric depuis 3 ans, mais venant de l’industrie j’avais déjà une sensibilité et des missions dans ce domaine : l’industrie a en effet pris en compte les enjeux énergétiques beaucoup plus tôt que le bâtiment.

Chez Schneider Electric, chaque site ou groupe de site (suivant leur taille) dispose d’un Energy Manager. Ils sont eux-mêmes animés par un responsable de zone ou de pays, pour une cohérence des  actions menées globalement. Chez nous c’est une politique globale et coordonnée.

Diriez-vous que le métier a évolué ces dernières années ?

Oui, le métier a très certainement évolué, tout comme les outils technologies à son service, comme la RFID par exemple.

L’Energy Manager ne peut plus être un pur technicien, il doit connaitre l’environnement réglementaire, les tendances des marchés de l’énergie, il doit savoir communiquer, conduire le changement, valoriser les conduites vertueuses.

L’un des nouveaux enjeux est celui de l’image en interne : l’energy manager doit lutter contre la représentation un peu péjorative et réductrice de l’homme qui coupe le chauffage l’hiver pour des économies « sur le dos des salariés » ou qui passe derrière vous pour éteindre la lumière en faisant la leçon. Il faut faire passer l’idée que l’energy manager est focalisé sur le confort des résidents et qu’il est, en réalité, avant tout à leur service.

Ce métier nouveau n’a pas encore de formation dédiée. Comment êtes-vous devenu energy manager et quel cursus avez-vous suivi ?

J’ai une formation d’ingénieur en maintenance industrielle et j’ai travaillé sur des process et des produits industriels. J’ai également suivi quelques formations courtes en climatisation et audit énergétique et j’ai aussi personnellement donné des cours sur des systèmes permettant d’optimiser la consommation des process. Il existe depuis quelques temps des formations scolaires autour de la performance énergétique. Mais c’est encore un métier qui s’invente au fur et à mesure de l’expérience et c’est ce qui le rend en partie si motivant.

Pour devenir energy manager aujourd’hui, je pense qu’il faut avant tout de solides bases techniques (automatisme, thermique, distribution électrique …) mais aussi des qualités de communicant et de chef de projet. Lors de mon arrivée sur le site du Hive, j’ai vite compris qu’il fallait, pour faire passer certaines mesures, tenir compte du facteur humain et prendre le temps d’expliquer plutôt que de passer en force techniquement.

Les entreprises sont-elles de plus en plus sensibles aux questions énergétiques dans les bâtiments de bureaux ?

Oui, très clairement. Les prix de l’énergie croissent de façon exponentielle et mènent les entreprises à optimiser les coûts d’exploitation. Le potentiel d’économie dans les bâtiments existants est considérable : d’expérience, on peut en moyenne réduire de 30% la consommation énergétique en optimisant l’exploitation (sans toucher au bâti) et pour cela, il faut un pilote. Nous l’avons prouvé au Hive en divisant notre consommation intrinsèque par 2 en quatre ans d’exploitation.

De plus, un bâtiment sobre et durable est un argument fort pour les propriétaires qui peuvent ainsi le valoriser pour la vente ou la location.

Quelles sont les perspectives d’évolution de ce métier pour demain ?

Je pense que ses compétences vont s’élargir au-delà de l’aspect purement technique : développement durable, réglementation, sensibilisation, confort, performance immobilière, sécurité énergétique, smartgrid … tous ces aspects sont des compétences qu’il devra par exemple posséder demain.

D’après moi, le responsable de l’énergie sera très bientôt aussi incontournable dans une entreprise que le responsable de la sécurité ou de la communication."

Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Réagissez !

Commentaires fermés 0 commentaire
  • Aucun commentaire

www.limmobilierdunmondequichange.fr/energy-manager-un-metier-daujourdhui-pour-demain/ - 12-11-2019
L'immobilier d'un monde qui change, site édité par BNP Paribas Real Estate