Actualité

Bureau

Vos locaux d'entreprise

Les nouvelles tendances de l’aménagement de bureaux

10/03/2014 10:35
Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Le temps du trio bureau/salle de réunion/locaux techniques semble aujourd’hui dépassé.

Pour répondre à des besoins d’optimisation mais aussi à des enjeux managériaux propres à chaque secteur, les concepteurs proposent à la demande des clients des formats immobiliers de plus en plus variés. Pascal Riggi, directeur du bureau d ‘études chez CD&B,  présente les dernières tendances en aménagement de bureaux.

 

Aménagement de bureaux : un secteur en pleine évolution

Avec le développement de besoins immobiliers de plus en plus spécifiques à chaque entreprise, l’aménagement de bureaux connaît une profonde évolution. Le processus de réflexion sur l’espace est en pleine mutation, se traduisant par une plus grande prise en compte du facteur humain à l’opposé des attitudes strictement fonctionnelles et financières. Les métiers évoluent  et « on ne parle d’ailleurs plus d’aménageur de bureau mais de Workplace consultant, de stratégie d’aménagement », remarque Pascal Riggi.

Parler de Workplace et d’environnement de travail plutôt que de bureau rend compte d’une prise de conscience de la culture de l’entreprise, des modes de travail qui lui sont propres et des flux de personnes qui y évoluent. Pour s’adapter à toutes ces spécificités, la phase d’audit en amont est ainsi de plus en plus longue et fortement intégrée au cœur de l’entreprise : « Désormais, le processus n’est plus infléchi par des architectes venant avec des propositions toutes faites mais par l’entreprise elle-même qui en fait une problématique RH avec des objectifs identifiables et mesurables. Chez certains clients, les salariés deviennent acteurs et participent au processus de conception des espaces. Ils souhaitent s’impliquer, comprendre et intègrent les équipes de réflexion sur les espaces bien en amont. »

Les tendances en aménagement d’espace

Les collaborateurs passent environs 70% de leur temps disponible sur leur lieu de travail le reste étant répartis entre le domicile et les loisirs. L’environnement de travail a ainsi un réel impact sur les comportements. La recherche du « bien-être » est dorénavant un des objectifs majeurs qui sous-tend l’épanouissement, la performance, l’esprit d’équipe des collaborateurs et la fierté d’appartenance à un groupe.

Si la réflexion immobilière est de plus en plus personnalisée aux spécificités de chaque groupe, de grandes tendances émergent cependant en partie liées à l’évolution du marché de l’emploi.

La mobilité est ainsi un élément majeur qui est de plus en plus intégré dans la réflexion stratégique pour optimiser l’espace. Dans certains secteurs, où les commerciaux sont nombreux par exemple, la moitié des effectifs peut travailler en extérieur. Il est ainsi de plus en plus fréquent que seul 70% des effectifs soit prévu en nombre de postes  témoignant d’une démocratisation du poste de travail nomade.

Compte tenu de l’environnement économique instable et du manque de visibilité, les entreprises sont également très sensibles à la flexibilité des espaces qui permettent de s’adapter aux restructurations ou réorganisations. « On installe de plus en plus fréquemment des postes plug-and-play, qui peuvent être déplacés en un rien de temps et qui ne nécessitent aucun savoir-faire technique. Nous implantons même des bubbles de réunions mobiles » soulève Pascal RIGGI.

Enfin, le désormais classique open space évolue pour s’adapter en nuance aux pratiques de l’entreprise. Le tout décloisonné systématique est désormais remplacé par une conception plus souple : on ouvre l’espace là où c’est nécessaire pour communiquer et on utilise les mètres carrés ainsi optimisés pour créer de nouveaux types de salles, plus informelles, et accédant à d’autres types d’usage et de formes de communication. Il se complète par de nouvelles salles de concentration permettant aux collaborateurs de s’isoler lorsque cela est nécessaire.

Une multiplicité de salles

Les environnements de travail redeviennent des espaces à habiter, dans lesquels les collaborateurs retrouvent du plaisir et de la satisfaction à l’égard du lieu. Car c’est une formidable source de stimulation, d’inspiration et de partage entre les collaborateurs.

En considérant que l’état d’esprit des collaborateurs et la nature des missions qu’ils ont à réaliser sont différents tout au long de la journée, les espaces de travail doivent proposer de nouvelles dispositions s’adaptant à ces activités.

Les trois types d’espace classiques (bureaux/salles de réunion/locaux techniques) qui prévalaient jusqu’en 2008, sont désormais remplacés par une multiplicité de lieux aux identités très différentes. « On compte aujourd’hui jusqu’à une vingtaine de lieux différents : des bureaux de collaborateurs, des phone box avec isolation phonique, des lounges, des espaces cafeteria, des lieux d’échanges, des espaces de repos, des salles de création, des espaces salons, des espaces VIP….La tendance est à la différenciation des espaces et à la multiplication des facteurs de stimulations », conclut Pascal Riggi.

Quant aux salles de réunion, elles ne se résument plus à la sempiternelle table ronde avec chaises autour. Ecrans tactiles, canapés, pièces d’innovations, mur où l’on peut écrire, mails depuis la salle…plus d’une dizaine de types de salles aux fonctionnalités différentes sont désormais possibles.

Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Réagissez !

Commentaires fermés 0 commentaire
  • Aucun commentaire

www.limmobilierdunmondequichange.fr/les-nouvelles-tendances-de-lamenagement-de-bureaux/ - 17-07-2019
L'immobilier d'un monde qui change, site édité par BNP Paribas Real Estate