Actualité

Penser la ville

Comment le numérique et le Big Data transforment la gouvernance des villes ?

19/06/2017 10:03
Imprimer  |  Ajouter aux favoris

En France, selon l’Observatoire des sociétés, presque 80 %¹ de de la population vit dans des villes (contre 53 % en 1946). Pour s’adapter à cette urbanisation croissante, les collectivités doivent offrir de nouveaux services, adaptés aux évolutions des besoins des habitants. C’est vers les solutions de traitement des Big Data et d’Open Data qu’elles se tournent pour y parvenir. Cette transformation des collectivités en villes numériques implique la participation de nombreux acteurs, et pour orchestrer leur coopération, elles doivent aussi transformer leur gouvernance.

Les opportunités du Big Data et de l’Open Data pour les villes

La plupart des citoyens sont équipés de smartphones, tablettes ou ordinateurs connectés à internet, et émettent ainsi de nombreuses données. Les dispositifs IoT (Internet des objets) ou encore les Smart grids (les réseaux électriques intelligents), les réseaux de transports en commun, qui équipent les infrastructures et réseaux des villes intelligentes, participent de cette production de données à valeur ajoutée. Les collectivités possèdent alors de nombreuses données sur la ville et ses citoyens. Les technologies de traitement des données Big Data permet de les analyser, et de les transformer en informations utilisables.

Aujourd’hui, à des fins de transparence et de mise à contribution de tous les acteurs de la ville pour créer de nouveaux services, les villes intelligentes souhaitent restituer ces données au public. Elles le font grâce à l’Open Data, procédé qui ouvre les données publiques pour les mettre gratuitement à la disposition de tous. Toute association, entreprise, start up ou encore citoyen, peuvent alors utiliser ces données pour concevoir des applications d’utilité publique.

C’est en cela que les technologies de traitement des Big Data et l’Open data offrent de nombreuses opportunités aux collectivités. Elles peuvent ainsi optimiser leurs systèmes de transport, analyser les flux de population, améliorer leurs services communaux, ou encore appréhender l'impact d'une décision politique. Par exemple, l’application de calcul d’itinéraires multimodaux Citymapper a pu être développée grâce à l’ouverture des données publiques de la ville de Paris via son portail www.open.data.paris. La start up a pu y trouver les données liées aux utilisations de services de Velib’, d’Autolib’, de la RATP, et du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF).

 

Comment les villes peuvent réussir leur transformation numérique ?

L’écosystème qui permet aux villes intelligentes de se développer implique la participation de nombreux acteurs publics et privés : les élus, l’administration locale, les entreprises et bien sûr, les citoyens. Les règles de gouvernance de la ville doivent donc évoluer pour s’adapter à ce nouvel ensemble aux multiples parties prenantes, et pour permettre de développer des politiques publiques qui répondent aux besoins et exigences de chacun. Les questions de sécurité relatives à la Data sont également à soulever.

Carlos Moreno, Président du Forum International de la Smart City Humaine, est souvent associé aux réflexions en matière de transformation des villes intelligentes. Pour lui, la problématique actuelle des villes n’est plus technologique, car les dispositifs numériques tels que l’IoT et les Smart grids, et les solutions de traitement des Big Data et l’Open Data, sont prêts. Il faut désormais trouver la meilleure manière de se servir de ces technologies pour développer de nouveaux projets urbains, et il revient aux politiques de trouver le bon axe directeur et donc la bonne gouvernance. Luc Belot, député PS, abonde dans ce sens et ajoute, dans son rapport « De la Smart City au Territoire d’Intelligence(s) » remis récemment au gouvernement, que « La smart city appelle une approche décloisonnée, transversale de la ville ». De nombreux experts convergent ainsi vers l’idée que la meilleure manière pour les collectivités de réussir leur mutation en villes intelligentes est d’associer tous les acteurs concernés aux décisions.

Les villes qui ont initié leur transformation numérique via l’Open Data

64%² des Smart cities françaises  se sont lancées dans l'Open Data. En effet, depuis 2012, de nombreuses villes ont ouvert leurs données au public. Parmi elles on compte Montpellier, l’Eurométropole de Strasbourg, le Grand Lyon, Nancy, Aix-en-provence, Toulouse, Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Angers, Versailles ou encore Issy-les-Moulineaux. 

Dans ces villes intelligentes on observe déjà que le numérique simplifie le quotidien avec l’amélioration de la gestion des déchets, des places de stationnement automobiles, l’optimisation de la circulation routière, ou encore la rationalisation des consommations d’énergies. Et pour accompagner la dynamique de croissance des villes, l’utilisation de la data dans l’immobilier se développe aussi. Elle permet d’aider les nouveaux habitants à se loger ou à identifier des opportunités d’investissement. Il est par exemple déjà possible de trouver des informations concernant le lieu de vie et son environnement, grâce à l’accès aux informations relatives aux recensements (auprès de l'Insee), aux réseaux de transports (auprès des diverses régies), au système éducatif (auprès du ministère de l'Education nationale et des Collectivités locales). Bientôt, certaines bases notariales seront ouvertes, ce qui permettra d'accéder aux prix des transactions immobilières.

 

Sources :

  1. Centre d'observation de la société
  2. Journal Du Net (JDN)

Autres articles susceptibles de vous intéresser :

Imprimer  |  Ajouter aux favoris

Réagissez !

Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Aucun commentaire

Laisser un commentaire

www.limmobilierdunmondequichange.fr/numerique-big-data-transforment-gouvernance-villes/ - 19-11-2017
L'immobilier d'un monde qui change, site édité par BNP Paribas Real Estate